ActuComité de rédaction

« Sur la nécessité de la positivité dans la communication du CA face à la crise du corona virus. » par Isabelle Cohen Solal

En cette période de déconfinement et d’incertitude, le Cercle Suisse des Administratrices propose une série d’articles et de témoignages de ses membres administratrices. Chacune nous livre, à sa manière, son point de vue sur la situation économique actuelle.

Retrouvez tous les articles de la série sur www.csda.ch/comite-de-redaction. Ces articles ne reflètent pas forcément la position du Cercle Suisse des Administratrices et n’engagent que leur auteure.

Aujourd’hui, Isabelle Cohen Solal nous propose « Sur la nécessité de la positivité dans la communication du CA face à la crise du corona virus. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Communiquer dans quel but ? La crise, synonyme de changement et d’anxiété

Nous vivons une période de changement hors du commun. Nous entendons qu’il n’y aura pas de retour à la normale, ce ne sera plus comme avant, ou pas. Le changement, l’incertitude, le manque de visibilité peuvent être anxiogènes pour chacun. Finalement, dans ce contexte inédit pour bon nombre d’administrat-eur-rice, quoi de plus nécessaire que la communication. Mais comment rester positif, dans le rôle non opérationnel, et adapter à court terme une stratégie à long terme ? La mission du CA concernant la communication ne se limite pas aux assemblées générales et autres rapports conventionnels. Le/la Président-e du CA en particulier est en première ligne dans la communication de crise.

Comment garder les collaborat-eurs-rices engag-és-ées malgré l’éloignement induit par le confinement ? La crise, synonyme de confinement et d’éloignement

De nombreux Conseils d’Administration et Directions ont été obligés de prendre des décisions difficiles en ce qui concerne la structure de leur équipe et la planification de l’activité depuis la mi-mars. La distance géographique temporaire dans les équipes renforce le besoin d’impliquer chacun dans le quotidien de l’entreprise. Maintenir l’ensemble des collaborateurs-rices engag-és-ées et les soutenir pendant une période indéniablement très difficile pour toutes les personnes concernées est essentiel (pour l’entreprise et encore plus pour les collaborat-eurs-rices).Il est important de rappeler que tous/toutes font toujours partie intégrante de l’entreprise. Le CA et la Direction doivent les faire participer en leur fournissant régulièrement des mises à jour sur l’activité de l’entreprise, en contactant le management et en les invitant à participer aux rencontres sociales que l’équipe organise sur tout logiciel de chat vidéo ou autre moyen adéquat. C’est aussi l’occasion de réinitier ou renforcer la cohésion entre ceux qui ont travaillé en présentiel, ceux qui ont télétravaillé et ceux qui ont subi le chômage partiel.

Comment répondre à : Que se passe-t-il et pourquoi ? La crise, synonyme d’incertitude et d’adaptation de la stratégie

La réponse honnête à ce type de question sera probablement « Je ne sais pas ». Le Conseil d’Administration aide et soutient les membres des équipes de Direction régulièrement, en offrant de la transparence sur les décisions et sur l’évolution de la stratégie, ainsi que son adaptation à la situation actuelle. Le CA doit faire le relais du plan sanitaire et des mesures décidées par les instances de la confédération afin de les relayer vers l’entreprise. L’important c’est de communiquer régulièrement, quitte à répéter plusieurs fois, les axes choisis.

Quelques exemples d’orientation dans ce changement : Imaginons l’impact du corona virus sur les collaborat-eurs-rices de Doctolib passant de 1’000 consultations en ligne à 100’000, de Zoom allant de 1’200 meetings vidéo à 2 millions, du groupe Accor hôtel offrant de loger les soignant-s-es ou des groupes cosmétiques ou de luxe utilisant les capacités de production pour des gels hydroalcooliques.

Le CA n’est pas impliqué dans l’opérationnel et doit donc se garder de communiquer à ce sujet. Il doit cependant agir en toute transparence à court terme afin de contribuer à assurer la pérennité de l’entreprise à plus long terme et à transmettre ce message.

Comment offrir du soutien ? La crise, synonyme de difficulté et de découragement

Il est particulièrement important de s’informer des problèmes physiques ou de découragement passés ou présents qui peuvent obliger les collaborateurs à demander un soutien supplémentaire. Poser la question “comment allez-vous” ou “avez-vous tout ce dont vous avez besoin” permet d’ouvrir un dialogue qui les concerne spécifiquement, au lieu de réécrire les manuels de ressources humaines et d’avantages sociaux ! Le management en particulier, face à une situation inédite, a un besoin critique de soutient dans les démarches et la prise de décision.

 

 

 

Ces éléments de stratégie de l’information enrichissent le sentiment d’appartenance à la culture d’entreprise, remettent l’humain au centre de la société. Cette période pousse à un exercice d’intelligibilité, à une communication de crise qui s’installe dans le temps, une des missions phare du CA. La transparence proactive, à l’heure du digital fait partie intégrante du processus de gestion de crise. La période de COVID-19 peut être considérée comme un révélateur de l’agilité, la digitalisation,  la capacité d’innovation et de la qualité de la communication de l’entreprise. Soyons prêts-es !

© Isabelle Cohen Solal

Isabelle Cohen Solal est Business Consultant auprès d’Institutionnels Suisses et internationaux.

Après des études de commerce en Angleterre et un Master de Finance en France, Madame Cohen Solal a été Gérant de Fonds actions internationales et de Fonds Diversifiés sur la place financière de Paris (France). En 2000, elle s‘est installée à Genève et a rejoint une Banque Privée, en tant que Relationship Manager. C‘est en 2006 qu‘elle reprend l‘équipe de Sélection de Fonds Traditionnels et Alternatifs pour la gestion sous mandat d‘une banque étrangère en Suisse. Ensuite, elle rejoint la société Swisscanto pour assurer la gestion de l’entité Romande de distribution des fonds et le suivi de la clientèle institutionnelle. A l’issue du rachat par la Zürcher Kantonalbank, elle devient Vice-President, Responsable des Relations Bancaires pour la Romandie et le Tessin. Depuis 2019, elle assure des missions spécifiques pour institutionnels dans les domaines variés de la finance durable, l’immobilier et le business development.