Revue de presse

A LIRE DANS L’AGEFI – Si les administrateurs doivent gérer des risques et responsabilités plus importants, il existe 3 risques majeurs selon Marie de Fréminville

Si les administrateurs doivent gérer des risques et responsabilités plus importants, il existe 3 risques majeurs selon Marie de Fréminville, membre du comité du Cercle Suisse des administratrices, et associée fondatrice de Starboard Advisory société spécialisée en gouvernance, finance et cyberrisques.

Ces trois risques majeurs sont, pour la citer: « la disruption numérique, entraînant parfois des transformations qui sont des bouleversements, les cyberrisques, qui n’ont pas de frontières et dont les Conseils d’administration ne se préoccupent pas suffisamment, et le facteur humain. Comme le montrent les difficultés de recrutement des grands groupes (aussi parce que les jeunes préfèrent désormais souvent les start-up), les compétences pour aller vers une nouvelle activité ne sont peut-être pas présentes. » La disruption détruit parfois ce qui était jusque là l’un des piliers d’un groupe: «les encyclopédies papier avaient offert l’une des marges les plus importantes dans le domaine de l’édition. Aujourd’hui, notre encyclopédie, c’est Google. Nous n’avions pas anticipé ce changement-là, et ça nous a coûté très cher », a raconté Marie de Fréminville. Elle a aussi un exemple pour la sous-estimation des cyberrisques: «un blocage de la messagerie électronique qui a duré plus de dix jours a obligé une entreprise, assez grande, à créer des comptes Gmail. La distribution est restée bloquée. Il est dès lors très important de simuler des scénarios.»

Alors Comment le Conseil d’administration peut-il aider une entreprise à gérer les risques?

Lisez la suite de l’article dans l’AGEFI